Directeurs

Vincenzo Capozzoli
Chercheur en archéologie classique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Vincenzo est spécialiste en architecture et topographie antique. Lors de son doctorat, il a travaillé sur la topographie de l’Athènes archaïque et classique, s’intéressant plus particulièrement à son système de fortifications, pour ensuite s’occuper des systèmes de décoration architecturale et de couverture de plusieurs sites indigènes et musées de l’Italie du Sud. Il a occupé différents postes dans les universités et instituts de recherches de Tübingen, Berlin et Matera avant de rejoindre l’Université Paris 1 en 2011. Il est actuellement à la tête du Pôle Images et technologies numériques de l’UFR d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris 1. Depuis plusieurs années, il y contribue également au projet de recherche Lucanie Antique : archéologie et patrimoine de l’université. Pour plus d’informations, voir sa page personnelle.

Alain Duplouy
Maître de conférences en archéologie grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Alain est docteur en archéologie et en histoire des universités de Bruxelles et de Paris (2003) et a obtenu son habilitation en 2017. Il a été British Academyvisiting fellow à l’université de Leeds (2009), Fulbright scholar à l’université de Californie Los Angeles (2011), Fellow in Hellenic Studies à l’université Harvard (2018) et sera Alliance visiting Professor à l’université Columbia à New York en 2021. Il a conduit des programmes archéologiques en Grèce (Itanos) et en Italie (Laos) et a publié de nombreux travaux sur les élites et la citoyenneté en Grèce archaïque. À l’Université Paris 1, il dirige le projet de recherche sur la Lucanie Antique. Membre du consortium européen Ancient Cities il a également participé à la réalisation du MOOC Discovering Greek and Roman Cities. Pour plus d’informations, voir sa page personnelle.

Agnes Henning
Spécialisée dans les centres de hauteur lucaniens et, plus particulièrement, dans leur système de fortification, Agnes a dirigé, entre 2010 et 2014, un projet sur les établissements de hauteur de Lucanie antique ; c’est ainsi qu’elle a mené des campagnes de prospection sur le site de Monte Croccia et Monte Torretta de Pietragalla. Lorsqu’elle ne gravit pas les montagnes lucaniennes, Agnes est conservatrice des collections antiques du Winckelmann Institut de l’université Humbolt de Berlin, au sein duquel elle conduit ses recherches. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en 2001 à l’université de Cologne sur les tombes-tours de Palmyre en Syrie, avant d’être bénéficiaire de la prestigieuse bourse de voyage (Reißstipendium) de l’Institut archéologique allemand. Elle a ensuite occupé différents postes dans les universités et instituts de recherches de Kiel, Berlin, Heidelberg et Rome. Depuis plus de 20 ans, elle fait du reste partie de l’équipe archéologique des fouilles allemandes de Sélinonte en Sicile. Pour plus d’informations, voir sa page personnelle.

Responsable du laboratoire archéologique

Lucia Lecce
Lucia est actuellement doctorante au Berliner Antike Kolleg au sein du programme Ancient Objects and Visual Studies. Elle étudie la relation entre les colonies grecques et les peuples italiques dans la Lucanie antique. Depuis ses premières fouilles à Pompéi en 2005, elle est fascinée par l’étude de la culture matérielles dans tous ses aspects. Elle a donc décidé d’explorer différents contextes archéologiques et populations : Grecs de l’Est, Italiques et Romains. Elle a participé à différentes campagnes archéologiques et projets de recherches, à ces occasions elle a eu la chance de travailler pour divers instituts de recherche internationaux (i.e. Deutsches Archäologisches Institut, Humboldt-Universität zu Berlin, Bonn Universität, Leiden University, Royal Netherlands Institute in Rome, University of Cape Town)

Responsables des activités sur le terrain

Rachel Ramadan-Fourcadier
Rachel est diplômée d’un master en archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Après une licence en archéologie classique à l’université de Montpellier, elle s’est spécialisée à Paris dans la religion et les pratiques cultuelles en Italie préromaine. Participante essentielle du projet, elle l’a vu grandir dès le début. Depuis Paris ou à Pietragalla, elle participe activement au bon déroulement de celui-ci.

Gregor Schuster
Gregor Schuster travaille pour le Pietragalla Project depuis 2017, depuis, il en est l’un des membres principaux. Lors de sa licence en études culturelles et histoire il a eu l’occasion de participer à divers voyages d’étude en Iran, Jordanie, Turquie, Italie et Israël. Ces voyages avaient pour objectif d’étudier l’histoire antique et l’archéologie de ces territoires. Il a ensuite fait un Master en Antiquité Classique à l’Humbolt Universität zu Berlin – où il a eu l’occasion de suivre un semestre en Erasmus à l’Università degli Studi di Roma « La Sapienza ». Gregor Schuster s’est alors spécialisé dans les fortifications antiques. Début 2020, il a soutenu son mémoire qui étudie les murs de fortifications de Monte Torretta di Pietragalla : The fortifications of South Italian hilltop settlement on Monte Torretta di Pietragalla ». Plusieurs années durant, Gregor a donné des cours de soutien scolaire en archéologie classique à l’Humbold Universität et a récemment commencé à travailler pour les collections antiques des musées de Berlin.

Paloma Lorente Sebastian
Archéologue et anthropologue funéraire, Paloma est l’un des premiers membres du projet. Dans le cadre de son master à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle a étudié les pratiques funéraires de Lucanie indigène entre le VIIIe et le IIIe siècle av. J.-C. Elle s’est ensuite spécialisée en archéologie funéraire à l’Université de Bordeaux, où elle a étudié le contexte funéraire de Martes-De-Veyres (Puy-de-Dôme, France). Actuellement, elle continue ses recherches au sein des projets Lucanie Antique et ArchéoMartres.

Responsables de la valorisation numérique et de la modélisation 3D

Guido Antinori
Guido Antinori est diplômé en sciences archéologiques à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il porte un intérêt tout particulier à l’archéologie du Moyen-Orient et à la glyptique mésopotamienne. Cet intérêt l’a mené à rédiger un mémoire sur un corpus de sceaux iraniens conservé dans les collections de l’Université Paris 1. Pour mener à bien cette étude, il a utilisé une base de données comme outil analytique. Par la suite, Guido a obtenu un second diplôme en développement et promotion du patrimoine archéologique. A cette occasion, il a réalisé un stage qui lui a permis de s’introduire dans le Pietragalla Project. Entre mars et juillet 2019 il a travaillé au développement valorisation culturelle du Pietragalla Project.

Romane Jamet Roudenko-Bertin
Romane est actuellement étudiante en Patrimoine et Musées à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille à un mémoire de recherche portant sur l’histoire des fouilles archéologiques en Asie Mineure et les politiques patrimoniales de l’Empire ottoman, Sous la direction d’Alain Duplouy. Intéressée par tous les aspects et enjeux du patrimoine elle a eu l’occasion de faire un stage auprès des collections antiques du Musées Cernuschi à Paris. Romane a également participé à une campagne de prospections archéologiques dans l’antique Samnium (actuelle Molise) avec l’Université de Naples. C’est en tant que responsable de la valorisation culturelle et numérique du Pietragalla Project qu’elle intègre l’équipe en 2019.

Autres membres

David Andreas (HU), Emma Bisson (P1), Michelle Grau (HU), Mara Iacoviello (Università “La Sapienza” – Roma), Auxanne Lebeller (P1), Mia Molitor (HU), Hannah Volger (HU), Mariana Silva Porto (P1),

Anciens membres

Elisa Brandstatt (P1: 2019), Mathilde Courcier (P1: 2018), Aline Dauvillier (P1: 2017), Lou Godefroy (P1: 2018), Alexander Hoer (FU:2017), Felicia Kant (HU: 2017), Miriam Nova (P1: 2017), Luciarita Nunziata (P1: 2017-18), Cristiana Pace (P1:2019), Patrick Rieger (HU:2019), Jessica Schneeweis (HU:2019), Rolf Spoleder (HU:2017).